Pendant la grossesse,
on boit sans alcool.

La grossesse dure neuf mois, mais, pour l’enfant, les effets de l’alcool peuvent durer toute la vie.

Oui, ça vaut la peine de boire sans alcool pendant la grossesse, mais ça ne veut pas dire que c’est toujours facile.

Ce site web est conçu pour transmettre de l’information sur l’alcool et la grossesse afin de prendre les meilleures décisions pour soi. Si des informations vous préoccupent ou vous questionnent, n’hésitez pas à en discuter avec un∙e professionnel∙les de santé ou une ressource de soutien.

 

Pourquoi éviter de prendre de l’alcool durant la grossesse?

L’alcool traverse le placenta et se rend au fœtus. Il est toxique pour l’enfant à naître. L’alcool peut notamment provoquer un trouble du spectre de l’alcoolisation fœtale (TSAF).

 

J’ai consommé de l’alcool, que faire?

Il est toujours temps de commencer à boire sans alcool. Si vous ressentez de la difficulté à le faire, il existe des ressources pour vous aider à arrêter ou réduire votre consommation d’alcool. Vous pouvez aussi en parler à un∙e professionnel∙le de santé (par ex. : médecin, sage-femme, infirmière)

En plus de boire sans alcool, pour favoriser la santé de l’enfant à naître, tout comme la vôtre, vous pouvez

  • adopter une alimentation saine et variée,
  • dormir suffisamment,
  • faire de l’activité physique,
  • éviter de fumer.

 

Y a-t-il un moment de la grossesse où la prise d’alcool est moins risquée?

La science n’a pas pu établir un moment de la grossesse où l’alcool est sans risque. Les conséquences de la consommation d’alcool sur le fœtus sont influencées par différents facteurs comme :

  • le stade de la grossesse,
  • la quantité d’alcool consommée,
  • la génétique de la mère,
  • l’état de santé et nutritionnel de la mère,
  • le bagage génétique de la mère et de l’enfant.

 

charly et le TSAF

Quels sont les impacts de la consommation d’alcool sur le fœtus?

Boire de l’alcool pendant une grossesse peut causer un trouble de l’alcoolisation fœtale (TSAF). Ça peut se manifester par

  • Des malformations (par ex. : cœur, cerveau, aux reins),
  • Des troubles du développement (par ex. : trouble d’attention et d’apprentissage),
  • Une déficience intellectuelle.

 

Plusieurs autres conséquences de la consommation d’alcool durant la grossesse sont possibles et, 9 fois sur 10, elles ne se voient pas physiquement.

 

Pour mieux comprendre comment un TSAF peut compliquer la vie, suivez Charly à travers de courtes vidéos. Charly vit avec un TSAF et  à de la difficulté à s’orienter, à s’exprimer et à se faire des amis.

 

 

Affiche 1 – Charly perd souvent son chemin
Affiche 2 – Charly a de la difficulté à se faire des amis
Affiche 3 – Charly a du mal à s’exprimer

Vivre avec le TSAF :
un défi quotidien pour toute la famille

Guillaume est un jeune adulte atteint du TSAF. Malgré les embûches, il est fier du chemin parcouru grâce à sa persévérance et au soutien de ses proches. Avec son père, Marc-André, ils partagent à cœur ouvert et sans tabous leur quotidien.

 

Un monde où il fait bon boire sans alcool pour les futures mamans

Ce n’est pas parce qu’on décide de fonder une famille que, du coup, notre environnement physique et social change afin de nous aider à boire sans alcool pendant neuf mois. Il faut bien se l’avouer, au Québec, l’alcool est omniprésent dans nos vies et, pour certaines femmes enceintes, cela rend l’abstinence d’autant plus difficile.

Alcool et grossesse : Outils pour les professionnel·les et intervenant·es

La majorité des gens ne connaît pas le TSAF et encore moins ses effets sur l’enfant à naître. Parler de consommation d'alcool pendant la grossesse peut être complexe alors que peu de données sont disponibles pour en comprendre les enjeux

Découvrez des outils concrets afin de mieux soutenir les femmes enceintes et leurs proches en abordant ouvertement et avec bienvaillance la question de la consommation d’alcool durant la grossesse.

Découvrez des ressources et alternatives à l’alcool pendant la grossesse

Vous avez des questions concernant votre grossesse ou celle d’une personne de votre entourage ?

Vous souhaitez découvrir des organismes qui offrent du soutien pour arrêter ou réduire la consommation d’alcool durant la grossesse ?

Vous cherchez des idées pour boire sans alcool ?

Vous cherchez du soutien pour savoir comment vivre avec le TSAF au quotidien ?

Voici quelques ressources à connaître.

0 $
Coûts annuels associés au trouble du spectre de l'alcoolisation fœtale par famille
0 %
Pourcentage des femmes enceintes qui aurait augmenté leur consommation d’alcool, durant la pandémie
0 %
Pourcentage des cas où la question de la consommation d’alcool n’est pas abordée avec un.e professionnel.le de la santé lors du suivi de grossesse

Foire aux questions

L'alcool et la grossesse

R. Plus on boit d’alcool, plus il y a de risques. Mais boire peu ne protège pas forcément le fœtus. Aucune quantité, aucun type d’alcool n’est sécuritaire durant la grossesse. La bière pourrait causer un TSAF comme peut le faire l’alcool fort.

Une consommation modérée peut aussi causer un TSAF parce que plusieurs facteurs qu’on ne contrôle pas influencent les impacts de l’alcool sur le fœtus, comme la génétique de la mère et celle de l’enfant à naître.

 

R. L’alcool est toxique pour le bébé à naître. Il peut provoquer des anomalies congénitales, c’est-à-dire affecter le développement des organes, comme le cœur, le cerveau et les reins.

L’alcool peut aussi avoir des effets sur le déroulement de la grossesse comme causer une fausse couche ou un accouchement prématuré.

 

R. La bière et le vin « sans alcool » en contiennent parfois entre 0,3 et 0,5 %. Il est préférable de choisir un produit avec 0 % d’alcool. Certains spiritueux totalement sans alcool existent également.

R. Bien que l’alcool puisse s’évaporer lorsqu’il est chauffé, il est difficile de prédire s’il en restera ou non dans un plat cuisiné. En l’absence de données fiables et de recommandation officielle, il est préférable de remplacer l’alcool par une option sans alcool (par ex. : bouillon, jus de pomme).

 

Informations sur le TSAF

R. Boire de l’alcool pendant une grossesse peut causer un TSAF chez l’enfant à naître. Il peut se manifester par

  • Des malformations (par ex. : cœur, cerveau, reins) ;
  • Des troubles du développement (par ex. : trouble d’attention et d’apprentissage) ;
  • Une déficience intellectuelle.

 

R. Non, le TSAF ne se guérit pas. Toutefois, l’aide d’une équipe spécialisée avec les personnes vivant avec le TSAF peut permettre de les soutenir au mieux.

 

R. Entre 10 % à 20 % des personnes vivant avec le TSAF présentent des traits dans le visage comme une lèvre supérieure mince, des petits yeux ou une paroi lisse entre le nez et la bouche, par exemple. La plupart du temps, le TSAF est invisible.

 

R.

Les personnes qui vivent avec le TSAF peuvent rencontrer des difficultés variées. Certaines d’entre elles peuvent causer des difficultés à l’école ou dans leurs relations sociales. D’autres peuvent influencer l’autonomie de la personne. Les vidéos de Charly, et le témoignage de Guillaume et Marc-André, illustrent quelques-unes des réalités possibles.

 

aspq illustration accueil

Abonnez-vous à l'infolettre

Comprendre le TSAF et ses impacts pour la vie est essentiel.

Plus notre société sera sensibilisée aux impacts de la consommation d’alcool durant la grossesse et au TSAF, plus il sera facile de soutenir les futures mamans à ne pas consommer d’alcool durant cette étape de leur vie, ainsi que les personnes atteintes du TSAF et leur famille.

Contribuez à ce mouvement en partageant l’information avec vos proches!

Découvrez Charly sur Instagram

Compte Instagram de la campagne #enceintesansalcool